Une équipe de la Caritas Goma à Milan

communication | mai 22, 2018 | 0 | Projet Union Européenne , Réfugiés

Goma, le 22 Mai 2018 (union-europeenne.caritasgoma.org) – L’équipe de la Caritas Développement Goma, conduite par son Directeur abbé Oswald Musoni vient de séjourner du 7 au 14 Avril 2018 à Milan, en Italie. Partager les résultats des activités déjà  faites dans le cadre du projet : ‘’Appui au retour de réfugiés et déplacés par le biais de la sécurisation des terres’’ (ARSDT) dont l’Université de Milan est partenaire, est l’objectif principal de la mission.

Financé par l’Union Européenne, le projet ARSDT vise à identifier des pistes de solution aux causes des conflits dans la partie Est de la RDCongo. Ce partenariat compte mettre en place des conditions favorables au retour de déplacés et réfugiés vivant dans les pays voisins de la République démocratique du Congo (RDC). Et ce, en faisant de la terre une unité de production et non pas une source de conflit.

Partie de Goma le samedi 7 avril 2018, la délégation de la Caritas Goma composée de 4 membres, atterrit à l’aéroport MALPENSA de Milan en Italie à 5 h 30 où elle est accueillie par Guido Sali, professeur au Département des Sciences agraires, Agriculture, Production, Environnement et Agro-énergie de l’Université de Milan.

Pendant son séjour à Milan, la délégation a un calendrier chargé. Elle va successivement procéder à des visites, spécialement celle de la faculté de sciences agronomiques de l’université de Milan (Bureaux, salles pour champs expérimentaux, laboratoires et autres lieux importants. Elle prendra aussi part à des présentations dont celle du projet par le professeur Guido Sali, devant les étudiants, les professeurs de l’UNIMI; les responsables de la faculté représentés. Ensuite, c’est Madame Roberto Del Giudice de la Commission Européenne qui est revenue sur l’importance du projet, décrivant les aspects sur lesquels ils se sont basés pour élaborer le projet. La situation socio-économique déplorable dans laquelle vivent les réfugiés dans les pays limitrophes de la RDC et les déplacés internes a été à la base de la conception de ce projet.

Selon Roberta, la sécurisation des terres des réfugiés et des déplacés contribuera significativement au retour de ceux-ci et pourra contribuer à la stabilisation de L’Est de la RDC.

Des milieux périphériques de Milan, aux pieds des alpes près du lac majeur ne seront pas oubliés pendant ces visites. Leur visite permet à l’équipe de Caritas de s’imprégner de la façon dont les agriculteurs ruraux font la transformation artisanale de leur production selon différentes filières à savoir : les produits laitiers (fromage), les fruits (fabrication des jus et des confitures, etc.). Sous la guidance de ses hôtes, l’équipe de la Caritas a eu l’occasion de rencontrer les deux catégories des producteurs à savoir les indépendants ainsi que ceux regroupés en coopératives agricoles locales. Ces rencontres leur a permis de remonter toute la chaine de transformation : de la production des produits agricoles, grâce aux techniques simples et appropriées qui se font sur base d’équipements produits au moyen des matériaux de récupération. L’heure est à l’étude de les appliquer dans la zone d’intervention de la Caritas dans le diocèse de Goma.

Le dernier intervenant, le professeur Gabriel Habimana, Coordinateur du projet ARSDST à la Caritas Goma, a, quant à lui, présenté de façon détaillée les résultats atteints au cours de ces deux années de mise en œuvre du projet et ce, par rapport aux objectifs spécifiques. Il a indiqué en passant que les autorités politico administratives et coutumières de base ont des connaissances suffisantes sur le droit foncier. Dans le cadre d’appui aux services des titres fonciers, il a indiqué que le projet vient de construire 3 bureaux abritant les services fonciers territoriaux, le bureau de Kalehe étant au niveau du finissage. Ces bureaux joueront un grand rôle dans la conservation des titres fonciers.

L’ONG « Héritiers de la terre » qui est aussi partenaire de Caritas Goma dans la mise en œuvre de ce projet, a mené une enquête dans les camps des refugiés au Rwanda et a souligné que plus de 60% de réfugiés souhaitent rentrer dans leurs milieux d’origine en occurrence la RDC. Mais, pourvu qu’ils soient rassurés de récupérer leurs terres laissées.
Aussi, les résultats des enquêtes indiquent que dans toute la zone du projet ; toutes les communautés souhaitent le retour des réfugiés et des déplacés et ont promis une cohabitation pacifique. Ce résultat a été atteint grâce aux activités de dialogue continu et de cohésion sociale organisées dans différents territoires de la zone d’intervention du projet.

Parmi les contraintes rencontrées, il y a lieu de signaler l’accaparement des terres des réfugiés et des déplacés par certaines autorités, Ce qui fait que ces derniers ne sont pas favorables à ce retour. A la fin des présentations, le monde universitaire a posé des questions qui ont trouvé des réponses appropriées.

Ferdinand Benge Luendo et Lydie Waridi Kone

Cellule de Communication

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VIDEOS

Visites du site de P.U.E.

Pages Vues

Pages Vues|Visites générales |Visites uniques

  • 24 dernières heures: 0
  • 7 derniers jours: 0
  • 30 derniers jours : 0
  • En ligne maintenant: 0

Articles récents

Archives